Satisfactory – Aperçu

Il y a une deux/trois semaines, Satisfactory défrayait la chronique à cause de son choix d’exclusivité sur l’Epic Games Store. Pas que sur JoL, malheureusement, car du coup, le jeu en lui-même est éclipsé par cette tourmente. Et c’est bien dommage.

Satisfactory, encore en accès anticipé, rappelons-le, est un jeu d’excellente facture, agréable à l’œil et qui possède de très nombreux atouts. Développé par Coffee Stain Studios, à qui l’on doit Goat Simulator, qui avait fait le buzz il y a quelques années, Satisfactory est un jeu d’exploration et de construction d’usine en vue à la première personne.

Je le dis tout de suite, car je vois déjà venir les critiques du jeu : je n’ai pas joué à Factorio et je ne veux pas faire de cet aperçu une comparaison avec Factorio. Je pense même que c’est un atout de ne pas y avoir joué, car tous les retours que j’ai pu avoir sur Satisfactory sont gangrenés par une communication vraiment négative, mais totalement indépendante du jeu. Donc je n’en parlerai point.

Dans Satisfactory, on incarne un colon qui débarque sur une planète vierge de vie humaine pour la transformer en planète industrielle destinée à servir le grand capitalisme. Trois environnements sont disponibles de base : un environnement de collines, où les ressources sont bien équilibrées, un de terres rocheuses, aride, où il faut essayer de s’affranchir le plus rapidement du combustible de base (plante et bois) pour pérenniser vos usines, et un troisième environnement de type forêt tropicale, avec de gros dénivelés de sol.

Les trois environnements sont très distincts dans l’approche générale que vous pouvez faire dans votre gameplay. Lors d’une exploration, vous pouvez éventuellement rejoindre les différentes zones pour y rechercher des matières premières spécifiques. On vous explique brièvement lors de l’atterrissage que vous êtes le premier colon à arriver (en vie) sur le sol de la planète et que la gentille entreprise, nommée « Ficsit » (qui a une communication avec le colon qui n’est pas sans rappeler le vault boy de Fallout), qui vous y a envoyé compte sur vous pour que l’investissement soit rentable.

Le début du jeu est très intuitif, le tutoriel vraiment très bien expliqué et on démarre vite à lancer nos premières automatisations : extraction matières premières, fonderie, manufacture, etc.

 

On évolue à travers divers paliers qui, une fois atteints, débloquent des nouveautés en matières exploitables et de nouveaux bâtiments à créer. La progression dans le jeu est donc très naturelle, mais il faut recommencer plusieurs fois une partie pour anticiper l’installation sur un terrain pour optimiser votre logistique générale. L’avantage, c’est que vous pouvez démonter/remonter vos bâtiments sans perte de matières premières nécessaire à leur construction, donc vous pouvez toujours faire des ajustements, mais il n’est pas toujours facile de déplacer un maillon de votre chaîne logistique quand, par exemple, elle empiète sur une ressource révélée dans les derniers tiers.

Après quelques heures de jeu, on commence à être fier de ce qu’on a bâti, monté, automatisé, du moins jusqu’au moment où on compare à ce qui se fait ailleurs. En effet, Satisfactory est aussi jouable en multijoueurs ! Bon, moi je suis assez carré, je n’aime pas quand on vient perturber mon plan de construction général, mais il faut bien avouer que c’est assez fun d’essayer de s’entraider dans l’établissement d’une énorme industrie. Je suis passé sur 2/3 streams de joueurs et il y a vraiment beaucoup de créativité chez certains !

 

Le truc que je pourrais reprocher au jeu, pour le moment, c’est peut-être que niveau calcul des opérations, ce n’est pas super clair et il est donc difficile d’établir un réel goulot d’étranglement dans une chaîne logistique (c’est-à-dire de trouver quel maillon de la chaîne est la plus lente, d’adapter la chaîne de façon à ce qu’elle soit tendue le plus possible, sans ralentissement où que ce soit dans le processus) et du coup de le multiplier de façon à ne pas créer des embouteillages.

@image(136980?droite&muet)En l’état, le jeu possède déjà une grosse durée de vie, malgré une flore et une faune très dociles, mais peu nombreuses. Je n’ai pas encore tout exploré et des nouveautés sont prévues chaque mois dans la road map menant à la sortie définitive du jeu. Dans le planning proche, on trouve notamment l’arrivée du Quartz, du souffre et des ascenseurs orbitaux courant avril, puis le nucléaire, l’aluminium ainsi que les trains pour le mois de mai. À une date encore non indiquée, on voit surtout l’arrivée du support de Mods des serveurs dédiés, sur lesquels les joueurs pourraient faire tourner leurs industries à l’instar d’un Farming Manager, par exemple.

C’est d’ailleurs plus à ce genre de titre que je référencerais Satisfactory, sauf peut-être pour le côté réflexion quant à l’optimisation générale.

J’ai hâte de voir comment le titre évoluera d’ici la release finale ; on fera à ce moment un test un peu plus poussé du jeu et de ce qu’il pourra avoir dans le ventre !

Aperçu réalisé par Seiei à partir d’une version fournie par l’éditeur, pour JeuxOnline.info

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

McDarsh / Loups Blancs

18 User(s) Online Join Server